Mis à jour le 31 décembre à 16h – Pour faciliter votre lecture les mises à jour sont signalées en surbrillance

Le ministère de l’Economie et des Finances a mis en place une mesure de soutien psychologique en collaboration avec l’association Apesa France.

Un numéro vert : 0 805 65 505 0

Il est accessible 7j/7 et de 8 heures à 20 h.

Votre situation personnelle

  • Votre santé est prioritaire. Gardez à l’esprit de bien vous protéger et de protéger les autres. Appliquez la distanciation sociale et respectez les consignes d’hygiène émises par le ministère de la santé.
  • Vous pouvez recourir au dispositif d’aide sociale de la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants). En cas de difficultés particulières de trésorerie liées à votre santé, à la conjoncture économique ou à un sinistre, cette aide vous permet de bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle de vos cotisations et contributions sociales personnelles.

Votre trésorerie

Pour aider les entreprises, quelle que soit leur taille, à se saisir des dispositifs de soutien et d’accompagnement, l’État, la Région, la Chambre de commerce et d’industrie et la Chambre de métiers et d’artisanat s’associent pour leur proposer un guichet unique avec :

– Une cellule téléphonique : 03 59 75 01 00 du lundi au vendredi.

– Un site web déjà en ligne enrichi de l’ensemble des informations nécessaires à la réussite de la relance des entreprises : https://relance.hautsdefrance.fr/

L’Etat a également mis en place un nouveau numéro d’appel pour renseigner et orienter les entreprises vers les aides d’urgence mises en place : 0806 000 245 (appel local non surtaxé). Il est accessible du lundi au vendredi de 9 à 12 heures puis de 13 à 16 heures.

  • Le fonds de solidarité :

Comment en bénéficier ?

Les entreprises doivent faire leur demande dans l’espace particulier  sur le site Direction générale des finances publiques en renseignant les éléments suivants : SIREN, SIRET, RIB, le chiffre d’affaires du mois concerné et celui du mois de référence, déclarations, déclaration sur l’honneur :

>> au plus tard le 31 décembre 2020 pour l’aide versée au titre du mois d’octobre.

>> au plus tard le 31 janvier 2021 pour l’aide versée au titre du mois de novembre.

Pour décembre 2020 :

Pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, faisant l’objet d’une interdiction d’accueil du public.

Elles bénéficieront d’un droit d’option entre une aide allant jusqu’à 10 000 € ou une indemnisation de 20 % du chiffre d’affaires 2019 dans la limite de 200 000 € par mois. Le CA de référence retenu pour le calcul de l’aide pourra être le CA de décembre 2019 ou le CA mensuel moyen constaté en 2019.

– Pour les entreprises relevant des secteurs du tourisme, événementiel, culture, sport et des secteurs liés (S1 et S1bis) qui restent ouvertes mais qui sont durablement touchées par la crise.

>> Pour les entreprises du secteur S1 sans critère de taille : dès lors qu’elles perdent au moins 50 % de  chiffre d’affaires. Elles pourront bénéficier d’une aide jusqu’à 10 000 € ou d’une indemnisation de 15 % de leur chiffre d’affaires 2019. Pour les entreprises qui perdent plus de 70 % de leur chiffre d’affaires, l’indemnisation atteindra 20 % du chiffre d’affaires dans la limite de 200 000 € par mois.

>> Pour les entreprises du secteur S1bis de moins de 50 salariés qui enregistrent des pertes d’au moins 50 % de chiffre d’affaires pourront bénéficier d’une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 € dans la limite de 80 % de la perte du chiffre d’affaires.

>>> Pour les entreprises ayant débuté leur activité avant le 31 décembre 2019, elles devront également  justifier soit avoir subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 80 % pendant le 1er confinement, soit avoir subi une perte de chiffre d’affaire d’au moins 80 % en novembre 2020 par rapport à novembre 2019.

>>> Pour les entreprises ayant débuté leur activité après le 1er janvier 2020, elles devront également  justifier avoir subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 80 % durant la période comprise entre le 1er novembre 2020 et le 30 novembre 2020 par rapport au chiffre d’affaires réalisé entre la date de création de l’entreprise et le 30 novembre 2020 ramené sur 1 mois.

– Pour toutes les autres entreprises restant ouvertes mais impactées par le confinement.

Pour toutes les autres entreprises de moins de 50 salariés qui peuvent rester ouvertes mais qui subissent une perte de plus de 50 % de leur chiffre d’affaires, l’aide du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 1 500 € par mois se poursuit en décembre.

 – Pour les personnes physiques ayant bénéficié d’une ou de plusieurs pensions de retraite ou d’indemnités journalières de sécurité sociale et les personnes morales dont le dirigeant majoritaire a bénéficié de telles pensions ou indemnités, le montant de la subvention accordée est réduit du montant des pensions de retraite et des indemnités journalières perçues ou à percevoir au titre du mois de décembre 2020.

Pour novembre 2020 :

– Pour toutes les entreprises faisant l’objet d’une interdiction d’accueil du public.

Aide égale au montant de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 € (le chiffre d’affaires n’intègre pas le chiffre d’affaires réalisé sur les activités de vente à distance avec retrait en magasin ou livraison).

– Pour les entreprises restées ouvertes mais qui ont subi plus de 50 % de perte de chiffre d’affaires.

>> Les entreprises du secteur S1 perçoivent une subvention égale au montant de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 €.

>> Les entreprises qui appartiennent aux secteurs S1bis et qui ont perdu plus de 80 % de leur chiffre d’affaires pendant la première période de confinement (sauf si elles ont été créées après le 10 mars 2020) perçoivent une subvention égale à 80 % de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 €.

Lorsque la perte de chiffre d’affaires est supérieure à 1 500 €, le montant minimal de la subvention est de 1 500 €. Lorsque la perte de chiffre d’affaires est inférieure ou égale à 1500 €, la subvention est égale à 100 % de la perte de chiffre d’affaires.

>> Les autres entreprises ont droit à une aide couvrant leur perte de chiffre d’affaires dans la limite de 1500 €.

– Pour les personnes physiques ayant bénéficié d’une ou de plusieurs pensions de retraite ou d’indemnités journalières de sécurité sociale et les personnes morales dont le dirigeant majoritaire a bénéficié de telles pensions ou indemnités, le montant de la subvention accordée est réduit du montant des pensions de retraite et des indemnités journalières perçues ou à percevoir au titre du mois de novembre 2020.

Pour octobre 2020 :

– Pour toutes les entreprises faisant l’objet d’une interdiction d’accueil du public.

L’aide est égale au montant de la perte de chiffre d’affaires (hors chiffre d’affaires réalisé sur les activités de vente à distance avec retrait en magasin ou livraison) dans la limite de 333 € par jour d’interdiction d’accueil du public.

– Pour les entreprises situées dans les zones de couvre-feu ayant perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires

>> Les entreprises du secteur S1 reçoivent une aide compensant leur perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 €, sans ticket modérateur.

>> Les entreprises qui appartiennent aux secteurs S1bis ayant perdu plus de 80 % de leur chiffre d’affaires pendant la première période de confinement (condition non applicable aux entreprises créées après le 10 mars 2020), reçoivent une aide compensant leur perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 €, sans ticket modérateur.

>> Les autres entreprises ont droit à une aide couvrant leur perte de chiffre d’affaires dans la limite de 1500 €.

– Pour les entreprises situées en dehors des zones de couvre-feu appartenant aux secteurs 1 et 1 bis et ayant perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires

>> Les entreprises ayant perdu entre 50 et 70 % de leur chiffre d’affaires reçoivent une aide égale à la perte de chiffres d’affaires jusqu’à 1 500 €.

>> Les entreprises ayant perdu plus de 70 % de leur chiffre d’affaires reçoivent une aide égale à la perte de chiffre d’affaire jusqu’à 10 000 € et dans la limite de 60 % du chiffre d’affaires mensuel de l’année précédente.

– Pour les personnes physiques ayant bénéficié d’une ou de plusieurs pensions de retraite ou d’indemnités journalières de sécurité sociale et les personnes morales dont le dirigeant majoritaire a bénéficié de telles pensions ou indemnités, le montant de la subvention accordée est réduit du montant des pensions de retraite et des indemnités journalières perçues ou à percevoir au titre du mois d’octobre 2020.

Les entreprises de l’ESS sont également concernées.

Les associations qui ont subi une perte importante de chiffre d’affaires (dons des personnes morales de droit privé + subventions d’exploitation + subventions d’équipement + subventions d’équilibre) ou une interdiction d’accueil du public ont également accès au fonds de solidarité.

  • Aide au paiement de votre loyer :

La Région prend en charge 50 % du montant du loyer du mois de novembre 2020 (plafonnée à 500 euros) des commerces fermés administrativement.

Demande à faire avant le 31 janvier 2021.

– Bénéficiaires :

>> Entreprises créées avant le 17 mars 2020,

>> 2M€ de CA en 2019, moins de 10 salariés ETP, au 1er octobre 2020,

>> Inscrites au RCS et/ou au RM pour les artisans-commerçants,

>> A jour de ses obligations fiscales et sociales,

>> Locataires d’un local commercial situé sur le territoire régional,

>> Faisant l’objet d’une fermeture administrative totale ou partielle en novembre 2020, dans le cadre de la crise sanitaire, en raison de leur activité,

>> Entreprises sollicitant le Fonds National de Solidarité au titre du mois de novembre, avant le 15 janvier 2021 au plus tard.

– Exclusions :

>> Les loyers dus à un membre de la famille du chef d’entreprise, à une SCI dont lui ou un membre de sa famille est actionnaire,

>> Les entreprises n’ayant pas sollicité de leur bailleur le renoncement à un mois de loyer en regard des dispositifs fiscaux proposés par l’Etat,

>> Les entreprises dont le bailleur a consenti une annulation de loyer exigible au titre de leur local commercial pour le mois de novembre 2020,

>> Les associations,

>> Les entreprises dont le local commercial est propriété d’une collectivité locale ou d’un EPCI et d’un établissement public,

>> Commerce considéré comme essentiel mais ayant décidé, volontairement, de fermer.

– Dépôt du dossier : https://aidesenligne.hautsdefrance.fr/sub/extranet/dispositif-consulter.sub?sigle=LOYE

– Pour plus d’information : aideauloyer@hautsdefrance.fr

  • Aide au développement du commerce en ligne :

Le conseil régional des Hauts de France propose une aide exceptionnelle de 500 €.

Pour financer quoi ?

>> la création/évolution d’un site internet de vente en ligne.

>> l’abonnement à des outils de vente en ligne ou à des marketplace (sur la durée du dispositif).

>> concerne toute solution initiée entre le 01/10/20 et le 31/12/20.

– Pour qui ?

>> entreprises implantées en Hauts de France,

>> réalisant un chiffre d’affaires annuel inférieur à 2 millions d’euros,

>> employant moins de 20 salariés.

Ne sont pas concernés : les professions libérales, les activités financières et immobilières, les organismes de formation et conseil, ainsi que les commerces de gros.

– Combien ?

Subvention d’un maximum de 500 euros calculée sur le montant HT des investissements éligibles, dans la limite des dépenses nettes réalisées et restant à votre charge.

Plus d’informations : 03.59.75.01.00 ou commerceenligne@hautsdefrance.fr

Demande à saisir sur la plateforme : aidesenligne.hautsdefrance.fr

Versement en une fois dès la notification de l’aide (contrôle à posteriori sur la base des factures acquittées).

  • Report des cotisations sociales :

– Pour les employeurs :

Les employeurs connaissant une fermeture ou une restriction directe ou indirecte de leur activité peuvent reporter tout ou partie du paiement de leurs cotisations salariales et patronales pour les échéances des 5 et 15 janvier 2021.

Les déclarations doivent néanmoins être déposées aux dates prévues. La demande est à faire par le biais d’un formulaire. En l’absence de réponse de l’Urssaf sous 48 h, cette demande est considérée comme acceptée.

– Pour les travailleurs indépendants :

A partir de janvier, cela concerne les travailleurs indépendants dont l’activité principale relève des secteurs impactés par la crise :

>> aux secteurs dits S1 : secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien ou encore de l’événementiel,

>> aux secteurs dits S1 bis : secteurs dépendant fortement des secteurs S1 pris en compte pour le fonds de solidarité.

Les modalités de régularisation de ces échéances seront précisées ultérieurement.

En complément de ces mesures, les travailleurs indépendants peuvent solliciter l’intervention de l’action sociale du conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) pour la prise en charge partielle ou totale de leurs cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.

Une structure de l’ESS exerçant une activité économique a le droit à tous les dispositifs d’exonérations et reports de charges disponibles pour les entreprises.

Le site de l’Urssaf présente une foire aux questions pour aller plus loin sur les actions mises en oeuvre par les pouvoirs publics et le réseau des Urssaf. Vous pouvez également poser vos questions sur l’assistant virtuel en ligne.

  • Report des échéances fiscales :

– Pour les entreprises concernées par une interruption ou une restriction de leur activité liée à une mesure de fermeture ou lorsque leur situation financière le justifie : vous pouvez solliciter votre service des impôts des entreprises (SIE) pour demander des délais de paiement de vos impôts directs (hors TVA et prélèvements à la source).

Les demandes sont examinées au cas par cas.

– Si vous avez dû reporter des échéances fiscales au printemps dernier et que vous n’avez pas encore pu les payer, un dispositif exceptionnel de plans de règlement « spécifiques Covid-19 » permet aux entreprises d’étaler sur une durée pouvant atteindre 3 ans, le paiement de leurs impôts professionnels dus pendant le pic de la crise sanitaire et non encore réglés.

Si vous avez également reporté des échéances de cotisations sociales, celles-ci seront automatiquement prises en compte pour calculer la durée de ces plans et vos dettes de cotisations sociales seront étalées par votre Urssaf sur une durée identique à vos dettes fiscales.

Pour cela, déposez votre demande d’étalement de votre dette fiscale au plus tard le 31 décembre 2020, en complétant le formulaire que vous adresserez, depuis la messagerie sécurisée de votre espace professionnel ou, à défaut, par courriel ou courrier, à votre service des impôts des entreprises (SIE).

L’échéance de taxe foncière due par les entreprises propriétaire-exploitantes de leur local commercial ou industriel est reportée de 3 mois, sur simple demande.

– le paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE) a été entièrement reporté au 15 décembre pour les entreprises appartenant aux secteurs les plus touchés par la crise.

Voir la foire aux questions des impôts

Pour les travailleurs indépendants : il est possible de moduler à tout moment le taux et les acomptes de prélèvement à la source. Toutes ces démarches sont accessibles via l’espace particulier sur impots.gouv.fr, rubrique « Gérer mon prélèvement à la source ». Toute intervention avant le 22 du mois sera prise en compte pour le mois suivant.

  • Remboursement accéléré des crédits d’impôt sur les sociétés :

Les sociétés qui bénéficient d’un ou plusieurs crédits d’impôt restituables en 2020 peuvent dès maintenant demander le remboursement du solde de la créance disponible, après imputation le cas échéant sur leur impôt sur les sociétés dû au titre de l’exercice 2019, sans attendre le dépôt de la déclaration de résultat (« liasse fiscale »).

Ce dispositif s’applique pour tous les crédits d’impôt restituables en 2020,  dont le CICE.

Pour bénéficier du dispositif, rendez-vous sur votre espace professionnel sur impots.gouv.fr.

  • Remboursement des crédits de TVA :

Vous devez effectuer votre demande par voie dématérialisée, directement depuis votre espace professionnel.

  • Le prêt garanti par l’Etat :

Il est ouvert à toutes les entreprises (y compris celles de l’ESS) jusqu’au 30 juin 2021 quelles que soient leur taille et leur forme juridique.

Le montant du prêt peut atteindre jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires 2019 ou 2 années de masse salariale pour les entreprises innovantes ou créées depuis le 1er janvier 2019. Aucun remboursement n’est exigé la première année, l’entreprise peut choisir d’amortir le prêt sur une durée maximale de 5 ans.

Pour plus de détail sur le prêt garanti par l’Etat.

Consultez les étapes sur le site BPI et prenez contact avec votre banque.

L’État pourra accorder des prêts directs si certaines entreprises ne trouvent aucune solution de financement : ces prêts pourront atteindre jusqu’à 10 000 € pour les entreprises de moins de 10 salariés ; 50 000 € pour les entreprises de 10 à 49 salariés.

  • Un crédit d’impôt en faveur des bailleurs pour les loyers annulés :

Pour toutes les entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement ou particulièrement affectées par les restrictions sanitaires mises en œuvre : le bailleur qui accepte de renoncer à au loyer du mois de novembre pourra bénéficier d’un crédit d’impôt de 50% du montant des loyers abandonnés.

Les entreprises qui ne parviennent pas à un accord avec leur bailleur peuvent recourir à des voies non juridictionnelles de médiation :

>> soit le médiateur des entreprises,

>> soit la commission départementale de conciliation des baux commerciaux.

  • Le chômage partiel :

Vous pouvez solliciter une allocation d’activité partielle pour un ou plusieurs employés dans l’impossibilité de travailler, si vous êtes dans l’un des cas suivants :

– fermeture de votre entreprise par un arrêté,

– baisse d’activité/des difficultés d’approvisionnement,

– impossibilité de mettre en place les mesures de prévention nécessaires pour la protection de la santé des salariés (télétravail, geste barrière, etc.) pour l’ensemble de ses salariés.

Comment cela fonctionne ?

– L’indemnité versée au salarié est égale à 70% de la rémunération antérieure brute de celui-ci. L’employeur peut toutefois décider de majorer le taux d’indemnisation. Les salariés au SMIC ou moins sont indemnisés à 100 %.

– La prise en charge par l’État et l’Unedic est de 85 % de l’indemnité versée au salarié dans la limite inchangée de 4,5 SMIC.

Jusqu’au 31 décembre 2020, la prise en charge est de 100 % pour :

> les entreprises des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien et de l’évènementiel,

> les entreprises des secteurs faisant l’objet de restrictions législatives ou réglementaires particulière en raison de la crise sanitaire ou impactées par le couvre-feu mis en place dans plusieurs villes de France à compter du 17 octobre 2020.

Une structure de l’ESS exerçant une activité économique et subissant les effets de la crise sanitaire, a le droit au dispositif d’activité partielle.

Effectuez vos démarches directement en ligne sur le portail https://activitepartielle.emploi.gouv.fr

Pour toute demande d’assistance téléphonique gratuite pour la prise en main de l’outil « Activité partielle » :
Numéro vert : 0800 705 800 pour la métropole et les Outre-mer.

L’absence de réponse sous 15 jours vaut décision d’accord.

Pour en savoir plus sur le dispositif de chômage partiel.

  • Si vous êtes une entreprise de plus de 3 ans, demandez une avance remboursable « Fonds Régional de 1er secours » du Conseil Régional des Hauts de France.

– Entreprises créées depuis plus de trois ans, chiffre d’affaires > 50 000 €, moins de 25 salariés, inscrites au RCS ou RM, à jour de leurs obligations sociales et fiscales.

– Prêt remboursable de 5 000 et 50 000 € à 0% pouvant aller jusqu’à 6 ans.

Envoyez un mail à entreprises@hautsdefrance.fr

  • Suspension automatique et sans demande de vos créances avec la Région pendant 6 mois, pour les entreprises déjà aidées par la Région Hauts de France. Envoyer un mail à entreprises@hautsdefrance.fr pour faire un point sur votre situation.
  • Il est possible d’obtenir, sur demande, une dispense du paiement de vos cotisations retraite de base, retraite complémentaire, invalidité-décès.
  • Pour les professions libérales, La CIPAV informe qu’elle ne débitera pas ses adhérents des prochaines échéances de prélèvement des cotisations. Elle suspend également toutes les procédures de recouvrement en cours et vous invite à la contacter en cas de difficultés.

– rééchelonnement des crédits bancaires.

– mobilisation de Bpifrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaires.

 

  • Négociez avec votre banque un rééchelonnement des crédits bancaires. En cas de blocage, contactez la médiation du crédit de la banque de France. Par exemple pour un refus du prêt garanti par l’Etat (PGE), refus du report des échéances bancaires d’un crédit moyen terme, coût jugé excessif de ce report, difficultés avec la banque ou avec un assureur-crédit,…
  • Si vous êtes prestataire d’un marché public d’État, sachez que la reconnaissance par l’État du Coronavirus comme un cas de force majeure pour ses marchés publics. Cela signifie que les pénalités de retards ne seront pas appliquées.
  • Vous êtes une structure de l’ESS : les échéances de remboursement d’une structure ESS bénéficiant du soutien de la banque des territoires peuvent faire l’objet d’un report.

Votre territoire : les aides locales aux entrepreneurs

Certaines collectivités territoriales ont mis en place des dispositifs d’aide financières aux entrepreneurs. Ils viennent s’ajouter aux dispositifs nationaux déjà mentionnés plus haut :
  • La Métropole Europééenne de Lille a créé le « Fonds Rebond » doté de 20 M€ pour aider les TPE et PME (- de 20 salariés).  Il comprend un dispositif proposant la prise en charge de l’équivalent de 3 mois de loyers à hauteur maximum de 1 500 € et une aide forfaitaire de solidarité jusqu’à 20 000 € selon le nombre de salariés pour les TPE, PME, commerçants, artisans, agriculteurs, horticulteurs, industriels et professionnels du tourisme et du sport.
  • Valenciennes Métropole propose une aide exceptionnelle de 1000 €, pour soutenir les entreprises de moins de 5 salariés, commerçants et artisans, entreprises de l’ESS…, sur les mêmes critères que le fonds de solidarité de l’Etat.
  • La CAPSO et la CCPL, ont créé un fonds d’urgence économique commun, sous la forme d’un prêt à taux 0 pour les petites entreprises et indépendants, notamment pour les entreprises de moins d’un an justifiant d’un baisse d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires.
  • La CAPH a pris une série de mesures de soutien aux entreprises de son territoire, dont plusieurs aides directes, cumulables avec le fond de solidarité de l’Etat.
  • La Communauté Urbaine d’Arras a décidé de mettre en place une plate-forme en ligne dédiée, pour que les entrepreneurs de son territoire puissent solliciter de nouvelles aides. Les dossiers réputés complets seront instruits à compter du 1er décembre 2020.
  • La Communauté d’Agglomération Lens Liévin a débloqué 1 million d’euros sous forme de prêt d’honneur aux chefs d’entreprise, commerçants et artisans, compris entre 1500 et 5000 euros. Un dispositif a été mis en place pour soutenir le secteur Brasserie, restauration et cafés. Il s’agit d’une subvention pour couvrir les dépenses effectuées pour adapter son activité aux nouvelles exigences induites par la crise sanitaire.
  • La Communauté de Communes Coeur d’Ostrevent a débloqué une enveloppe d’un million d’euros pour mettre en place de nouvelles mesures de soutien aux commerçants, artisans et entrepreneurs de son territoire (PME, TPE, PMI, auto-entrepreneurs, professions libérales non réglementées).
  • La Communauté de Communes Pévèle Carembault a créé un fond de transition des entreprises pour soutenir les entrepreneurs de son territoire, avec une subvention non remboursable de 1 000€ et un prêt d’honneur à taux zéro, entre 3 000€ et 10 000€.
  • La Communauté de Communes Osartis-Marquion a mis en place une subvention de 1 000 € pour les entreprises fermées administrativement en novembre ou qui ont subi une baisse importante de leur chiffre d’affaires.

  • De nombreuses communes ont également mis en place des dispositifs pour soutenir leurs entrepreneurs, contactez votre mairie !

Votre métier

  • Le Ministère du Travail a rédigé des fiches conseils pour vous aider à mettre en œuvre les mesures de protection contre le COVID-19 sur votre lieu de travail.
  • Demandez-vous quelles activités peuvent être maintenues sous une autre forme (à distance, services complémentaires,…) et quels outils pleuvent être utilisés (Zoom, Skype, Slack, Trello…). C’est peut-être le moment de se digitaliser !
  • Soyez très vigilants aux nouvelles arnaques par mail qui ciblent les entrepreneurs. Sous prétexte de vous rembourser des cotisations sociales, par exemple, on vous demande des informations bancaires. En cas de doute, survolez avec votre curseur un lien hypertexte présent dans le mail et regardez en bas à gauche l’url de destination qui s’affiche : Si le site est inconnu, ou suspicieux, il s’agit probablement d’une arnaque.

Votre communication

  • Communiquez sur l’activité de votre entreprise sur vos réseaux sociaux et votre site web : Mesures d’hygiène, ouverture décalée, services supplétifs (livraison, drive,…).
  • Relayez des informations clés qui vont donner de la visibilité à votre entreprise (aide aux entreprises, informations officielles sur les entreprises concernées par les fermetures,…).

Et après ?

Cette crise sanitaire est l’occasion de démontrer votre résilience, votre capacité à développer votre réseau virtuel et à vous réinventer.

Cet article est rédigé par notre équipe de conseillers et mis à jour en continu. Nous vous recommandons de le consulter régulièrement ou de l’enregistrer parmi les favoris de votre navigateur web.

Voir ou revoir les facebook live